• Né en 1987 à Marseille

    Mathias Heymann

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Vu au Palais Garnier (Paris), le samedi 9 mai à 19h30

    Paquita - Acte II : La bal

    Distribution

    Paquita : Hannah O'Neill (Sujet)

    Lucien d'Hervilly : Mathias Heymann (Etoile)

    Iñigo : Sébastien Bertaud ((Sujet)

    Pas de trois : Fanny Gorse (Coryphée), Juliette Hilaire (Coryphée) et Germain Louvet (Sujet)

    Doña Serafina : Stéphanie Romberg (Première danseuse)

    Don Lopez de Mendoza : Pascal Aubin (Coryphée)

    Le Général, Comte d'Hervilly : Bruno Bouché (Sujet)

    La Comtesse d'Hervilly : Juliette Gernez (Coryphée)

    Deux Officiers : Germain Louvet (Sujet) et Marc Moreau (Sujet)

    Hannah O'Neill dans le rôle de Paquita

    Le spectacle

    Paquita est un ballet classique en deux actes, sur un livret de Paul Foucher et Joseph Mazilier. Le ballet fut créé, à l'origine, à l'Opéra de Paris en 1846 (avec notamment Carlotta Grisi dans le rôle de Paquita). Cette production est signée Pierre Lacotte, d'après la version de Petipa (1881). La Première eu lieu le 25 janvier 2001, à l'Opéra Garnier.

    Paquita, une jeune villageoise, rencontre le fils du Comte d'Hervilly lors d'une fête du village. Les deux personnages tombent amoureux et Lucien promet de l'épouser. Mais Paquita refuse car elle n'est pas bien née et que Lucien est déjà promis à Doña Serafina. Puis, Paquita découvre que son père Iñigo et Don Lopez de Mendoza projettent d'assassiner Lucien. Elle le sauve par un stratagème et s'enfuit avec lui. De retour dans la demeure du Comte d'Hervilly, le couple démasque le traître, qui est arrêté et le mariage avec Doña Serafina, parente de Don Lopez de Mendoza, ne peut avoir lieu. Finalement, Paquita découvre son secret : elle est la fille du Comte et de la Comtesse d'Hervilly, et Iñigo l'a enlevée alors qu'elle était enfant. Elle peut donc se marier avec Lucien parce qu'elle est de sang noble.

    Paquita - Acte I : Pas des manteaux

    Mon avis

    Le premier acte débute par des danses d'ensemble, puis par l'arrivée progressive des personnages principaux. J'ai eu quelques appréhensions au début car, d'une part le premier ensemble, par les danseurs du Corps de ballet, était très hétérogène et peu accordé (peut être un manque de répétitions ? Quoique ce fut la Deuxième de cette distribution), d'autre part le passage de Doña Serafina était récité, sans aucune émotion. Une grosse déception car Stéphanie Romberg est une danseuse qui habituellement a une grande présence.

    Mathias Heymann dans le rôle de Lucien d'Hervilly

    Puis, Mathias Heymann et Hannah O'Neill arrivent, et tout va mieux ! Le rôle de Lucien sied particulièrement bien à Mathias Heymann. Il s'agit exactement de sa technique, avec des sauts d'une légèreté incomparable. De plus, il a su parfaitement mettre sa partenaire en valeur et la mettre en confiance. Pour son interprétation, il fut très juste : tantôt "prince rêveur", tantôt "prince déterminé".

    J'ai fait une véritable découverte en regardant Hannah O'Neill. Je ne m'attendais pas à un tel niveau de technique et de jeu. Elle alliait très bien la malice du personnage et sa fragilité. Il n'y avait pas de scène tragique, mais j'ai pourtant été happée par l'histoire que les artistes nous livraient.

    Nous en venons ainsi à Sébastien Bertaud. Son Iñigo était très bien exécuté, le duo avec Hannah comique comme on les aime dans ce genre de ballet. Il a décidément beaucoup de charisme et l'on ne peut le quitter des yeux quand il est sur scène.

    Pour le Pas de trois, rien à redire. Un très bel instant de danse. Germain Louvet est un formidable partenaire. Il dégage quelque chose de fort qui le fera avancer très loin dans la Compagnie.

    Un petit mot pour l'Ecole de danse : les élèves étaient très mignons dans leur Polonaise, plutôt à l'aise et pas trop raides.

    Les élèves de l'Ecole de danse dans la Polonaise (Acte II)

    Ma note      ♥♥♥♥♥


    votre commentaire
  • Née en 1925, à Moscou, et décédée le 2 mai 2015 à Münich, à l'âge de 89 ans

    Maïa Plissetskaïa

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires