• Giselle

    Grand ballet romantique et pantomime, Giselle ou les Wilis a marqué les esprits depuis sa création jusqu’aujourd’hui où il est régulièrement réadapté. Giselle, une jeune paysanne, décède en apprenant que Albrecht qu'elle aime éperdument est fiancé à une princesse. Myrtha, qui a recueilli Giselle, décide alors de la venger en condamnant Albrecht à danser jusqu'à en mourir. Mais Giselle, toujours éprise de lui, parvient à le sauver en dansant à ses côtés.

    Isabelle Ciaravola dans Giselle

    Genre du ballet Ballet romantique en 2 actes
    Compositeur Adolphe Adam
    Chorégraphe Jean Coralli et Jules Perrot
    Livret Théophile Gautier et Jules-Henri Vernoy de St Georges
    Première A l'Opéra de Paris (rue Le Peletier), en 1841

    L'histoire du ballet, les anecdotes

    Lors de la Première, le ballet fut dansé par Carlotta Grisi (Giselle), Lucien Petipa (Albrecht) et Adèle Dumilâtre (Myrtha). D'ailleurs, Théophile Gautier, l'auteur du livret, était un fervent admirateur de "la Carlotta". Ce ballet eut un grand succès dans les années 1840 et fut dansé très régulièrement.

    En 1956, Yvette Chauviré fit ses adieux à la scène de l'Opéra de Paris dans le rôle de Giselle.

    A la suite de représentations de ce ballet, plusieurs danseurs de l'Opéra été promus au rang d'Etoile :

    • Jacqueline Rayet, dans le rôle de Giselle, en 1961
    • Elisabeth Platel, dans le rôle de Giselle, le 23 décembre 1981
    • Carole Arbo, dans le rôle de Myrtha, le 22 juillet 1993
    • Nicolas Le Riche, dans le rôle d’Albrecht, le 27 juillet 1993
    • Benjamin Pech, dans le rôle d’Albrecht, le 22 septembre 2005

    Les personnages principaux

    Giselle : jeune paysanne

    Albrecht : duc de Silésie, qui se déguise en paysan pour pouvoir approcher Giselle dont il est épris. Il prend alors le nom de Loys.

    Hilarion : garde-chasse épris de Giselle

    Wilfried : écuyer d’Albrecht

    Berthe : mère de Giselle

    Le duc de Courlande

    La princesse Bathilde : fiancée à Albrecht et fille du duc de Courlande

    Deux jeunes paysans

    Myrtha : reine des Wilis

    Deux Wilis

    L'argument

    Acte I : Un petit village

    Giselle et Albrecht se vouent une passion et se sont jurés fidélité. Cependant, elle ignore sa véritable identité et danse en son honneur. Elle n'écoute pas les paroles de sa mère qui lui a raconté l’histoire des Wilis, ces jeunes filles qui, après avoir trop dansé, ont trouvé la mort. Egalement amoureux de Giselle bien que ce ne soit réciproque, le garde-chasse Hilarion découvre le secret d'Albrecht et qu'il est déjà fiancé à la fille du duc de Courlande. Il annonce alors à tout le village la vérité. Giselle devient folle et meurt de désespoir.

    Laëticia Pujol (Giselle) et Nicolas Le Riche (Albrecht)     Myriam Ould Braham et Emmanuel Thibaut dans les Jeunes paysans     Scène de folie avec Laëtitia Pujol et Nicolas Le Riche

     Acte II ou "Acte blanc" : Cimetière où est enterrée Giselle

    Le soir, Hilarion et Albrecht viennent tour à tour au pied de la tombe de Giselle. Mais, ils sont attaqués par les Wilis. La Reine Myrtha les condamne, par vengeance, à danser jusqu’à la mort. Giselle ne parvient pas à dissuader Myrtha. Finalement, seul Albrecht sera sauvé car Giselle est toujours amoureuse de lui et le lever du jour fait fuir les Wilis.

    Avec Laëtitia Pujol (Giselle) et Nicolas Le Riche (Albrecht)     Agnès Letestu dans Giselle     Myrtha (Marie-Agnès Gillot)

    Le programme

    Introduction

    Acte I : Un petit village

    N°1 : Entrée des vendangeurs (Allegro)

    N°2 : Entrée d’Albrecht, accompagné de son écuyer Wilfried (Moderato)

    N°3 : Entrée de Giselle – Giselle et Albrecht échangent leurs vœux (Allegro non troppo - Andante)

    N°4 : Retour des Vendangeurs - Valse (Allegro Loure – Valse - Allegro un peu loure)        

    N°5 : La Chasse – Scène d’Hilarion - Arrivée de la Cour du Duc (Allegro)

    N°6 : Pas de deux des jeunes paysans

    1. Entrée (Polacca)
    2. Adagio (Andante)
    3. Variation 1 pour le danseur (Pesante)
    4. Variation 2 pour la danseuse (Allegretto)
    5. Danse
    6. Variation 3 pour le danseur (Allegretto pesante)
    7. Coda (Valse)

    N°7 : Pas des vendanges

    1. Marche des vignerons (Marche)
    2. Pas seul - Variation de Giselle (Moderato – Allegro moderato – Viva)
    3. Variation d’Albrecht (Moderato)

    N°8 : Galop général - Finale du premier acte et scène de folie (Divertissement – Finale – Andante sostenuto – Allegro - Andantino – Allegro mosso)

    Acte II : Cimetière où est enterrée Giselle

    N°9 : Introduction – Halte des chasseurs et apparition des feux follets (Andante sostenuto - Allegro)

    N°10 : Apparition de Myrtha et évocation magique - Pas des premières Wilis (Andante – Allegro con modo)

    N°11 : Apparition de Giselle (Andante moderato)

    N°12 : Entrée des paysans (Allegro)

    N°13 : Entrée d’Albrecht et apparition de Giselle (Allegro)

    N°14 : Entrée d’Hilarion – Scène et fugue des Wilis (Allegro feroce)

    N°15 : Grand pas de deux

    1. Adage (Andante)
    2. Variation 1 pour la danseuse - Giselle (Andantino)
    3. Variation 2 pour le danseur – Albrecht (Andante)
    4. Variation 3 pour la danseuse – Giselle (Andante moderato)
    5. Coda (Allegretto Moderato)

    N°16 : Finale - Lever du soleil (Allegro con moto)

    Autres versions notables

    Giselle est un ballet qui a beaucoup inspiré les chorégraphes. Parmi eux, nous pouvons citer :

    • Mats Ek, en 1982 pour le Ballet Cullberg (Stockholm), qui donne une relecture très intéressante du ballet : l'intrigue se déroule dans un asile, dans une version contemporaine. Ainsi, il ne reste plus que 16 danseurs, dont la plupart sont des patients, Myrtha devient une infirmière... Ce ballet entre au Répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris en 1993, et à celui de l'Opéra de Lyon en 2009.
    • Frederick Franklin dans Créole Giselle pour le Dance Theatre of Harlem en 1984. En Louisiane, juste avant la Guerre de Sécession, deux classes sont opposées : les noirs "nobles" (plus aisés car affranchis depuis très longtemps) et les noirs esclaves ou récemment affranchis. La musique est celle d'origine et la chorégraphie est très proche de celle de Coralli-Perrot

    Le ballet fut également utilisé de maintes fois pour faire éloge d'un organisme politique. Giselle a ainsi accompagné l'Armée rouge chinoise, ou bien elle devient Olga Spessivtseva, une grande danseuse russe qui s'est éprise d'un membre du KGB (police politique de l'URSS) dans la Giselle rouge de Boris Eifman.

    Quelques liens vidéo

    Scène de folie et mort de Giselle (Acte I), Alina Cojocaru, Manuel Legris et le Tokyo Ballet

    Adage - Variation de Giselle, Andantino  (Acte II), Isabelle Guérin et Laurent Hilaire

    Plus de vidéos ici

    « Article de journal sur Brigitte Lefèvre (juillet 2014)Don Quichotte »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :